Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2010

Point lecture

26_381932.jpg Outsiders de S. E. Hinton, 1967.

1966. Tucsa, Oklahoma. Deux bandes rivales, les Socs – la jeunesse dorée de la ville – et les Greasers – sortes de blousons noirs aux cheveux gominés –, se livrent une guerre sans merci.
Ponyboy Curtis, quatorze ans, est un Greaser. Il traîne dans les rues avec ses copains qui, comme lui, sont des loubards. Mais le meurtre d’un Soc bouleverse brutalement sa vie insouciante, le mettant hors la loi. Au fil d’événements dramatiques, le jeune garçon va devenir adulte et faire l’apprentissage de l’amour et de la mort.


Comme pour les copines qui l'ont déjà lu, ma motivation à le faire fut Dieu ^^ (John Barrowman pour les non-initiés), il cite plusieurs fois ce livre dans la Bible (son autobiographie donc, il faut suivre :P) et des bienfaits qu'il en a tiré. Il était donc logique que Outsiders se retrouve sur ma PàL à un moment ou à un autre, et grâce à Elisha qui me l'a offert à Noël, c'est chose faite ^^.

Je suis rentrée dans l'histoire dès les premières pages, le lecteur est directement plongée dans l'action, ou plutôt dans la vie de Ponyboy, ce greaser de 14 ans qui essai tant bien que mal de se trouver sa place dans un monde qui a peur de lui. Car un greaser c'est un voyou, un type sans avenir principalement destiné à faire des séjour en prison. Sauf que Ponyboy, va l'école, aime aller au cinéma, lire, regarder les coucher de soleil... Il aime ses frères et ses potes de la bande, mais il n'aime pas se bagarrer. Le meutre du Socs va remettre en question tout son univers, confrontant Ponyboy à la mort, la vie et l'amour.

Lu en quelques jours à peine (il est pas très épais c'est pour ça), Outsiders ne peut pas laisser indifférent, S.E. Hinton nous transporte dans tous les états émotionnels : on rigole avec Grain-de-Sel, on s'attendri avec Johnny, on a un peu peur de Dallas, on craque pour Sodapop, et puis on a les larmes aux yeux de joie et de tristesse... Il se passe tellement de choses en si peu de temps, qu'on se donne un peu de répis une fois le livre fermé, histoire de faire le point sur ce qu'on a lu.

Maintenant, j'ai très envie de voir le film de Coppola (même si y'a Tom Cruise dedans XD), et en parlant de films, j'ai pas pu m'empêcher de penser à West Side Story, toujours dans le thème des "gangs" dans les années soixantes et de la difficulté des jeunes à s'en sortir. Film que je vous recommande pour plein d'autres raisons ^^.


slow_decay.jpg Slow Decay, Andy Lane. Torchwood Book n°3

When Torchwood track an energy surge to a Cardiff nightclub, the team finds the police are already at the scene. Five teenagers have died in a fight, and lying among the bodies is an extraterrestrial device. Next morning, they discover the corpse of a Weevil, its face and neck eaten away, seemingly by human teeth. And on the streets of Cardiff, an ordinary woman with an extraordinary hunger is attacking people and eating her victims.
The job of a lifetime it may be, but working for Torchwood is putting big strains on Gwen's relationship with Rhys. While she decides to spice up their love life with the help of alien technology, Rhys decides it's time to sort himself out - better music, healthier food, lose some weight. Luckily, a friend has mentioned Doctor Scotus' weight loss clinic.


Très bon livre encore une fois, l'intrigue prend son temps pour se mettre en place, distillant des indices ça et là, avec apparament deux affaires différentes mais qui vont être liées ^^. j'ai quand même trouvé la fin un peu rapide, comme s'il fallait se dépêcher de l'écrire, mais ça ne gène pas la lecture. Une autre chose qui peut gâcher le plaisir, c'est que nous lecteur, on voit les liens entre les évènements longtemps avant les protagonistes. ce qui fait qu'il n'y a pas vraiment de surprise dans certaines choses : la nana à l'appétit féroce, est passée par la clinique et a tué le Weevil, même avec le résumé du bouquin on le devine :ninja: . du coup quand enfin Torchwood fait le lien on a envie de leur dis "je te l'avais bien dis".

Le livre est centré sur Gwen et Owen, chacun de leur côté, on en apprend un peu plus sur eux ce qui est toujours plaisant car la série ne peut pas tout dire. Toshiko aussi a quelques passages intéressant, pour une fois Jack est en arrière plan et pour Ianto, c'est comme dans la saison 1, très peu de dialogues mais quelques pistes qui mèneront sur Cyberwoman :P

A partir d'un certain stade de l'histoire, il ne faut pas manger en lisant ça risque de couper net l'appétit (chose apprise à mes dépends puisque je lis souvent pendant ma pause midi au taff...) sachant que ça parle de diététique, de cannibalisme et de ver alien qui se propage dans tous les organes XD mais ça reste quand même moins gore que les autres livres que j'ai lu précédemment !!

13/02/2010

Le Prestige

9782070340774FS.gif de Christopher Priest.

Résumé : Alfred Borden et Rupert Angier, deux prestidigitateurs hors du commun, s'affrontent dans un duel sans merci.
Trois générations plus tard, au cours d'une enquête sur une secte, le journaliste Andrew Wesley fait la connaissance de Kate Angier. Elle lui révèle qu'il s'appelle en fait Andrew Borden, et qu'une guerre oppose leurs deux familles depuis la fin du XIXe siècle. Quand Andrew découvre le rôle exact joué par le scientifique Tesla dans toute cette affaire, sa vie en est bouleversée à jamais...



La motivation de la lecture de ce roman vient du fait que j'ai beaucoup aimé le film...

(bon pas forcément parce qu'il y a Hugh Jackman et Christian Bale)

(hum)

(ok j'avoue le critère "acteurs" tient une grand place dans l'appréciation XD)

Et le viel adage veut qu'un livre est généralement meilleur que son adaptation ciné, je m'empresse de me le procurer ! Cependant j'ai attendu longtemps pour le lire, je voulais que le film disparaisse peu à peu de mon esprit, afin d'avoir un semblant de re-découverte. La bonne surprise est que le film a volontairement zappé tout un aspect de l'intrigue (celui des descendants des deux magiciens), et en a modifié d'autres, donc le film ne m'a pas spoilée complétement ^^

J'ai bien aimé la façon dont Priest a écrit son roman : les deux grosses parties des journaux intimes des deux protagonistes, chacun racontant leur histoire d'un point de vue différent, expliquant les incompréhensions de l'autre... Un peu déçue tout de même que la partie de Borden soit plus courte que celle d'Angier, alors que leurs vies sont liées quasiment jusqu'à leurs morts. C'est peut-être du au fait que j'ai trouvé certains passages d'Angier trop long...

J'ai littéralement dévoré le livre dès que Tesla entre en scène avec ses machines et ses expérimentations, dont certains détails ont été changés dans le film, du coup je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre ! Le sort des "prestiges" notamment n'est pas le même, et "la fin" d'Angier a été une bonne surprise :D . Bon c'est un peu fouilli tout ce que je dis mais je na donne pas trop de précisions, je na voudrais pas vous spoiler !

On devine vite aussi le fin mot de l'histoire pour Andrew Borden, le petit-fils, mais c'était quand même palpitant et un peu dérangeant. Le livre traite aussi de la gémélité, mais j'ai eu l'impression que c'était pas assez poussé suivant les personnages que cela concerne.

Pendant toute la lecture je voyais Christian et Hugh dans leur personnages, alors j'ai très envie de le revoir le film XD.

02/02/2010

Chat Siamois

chatsiamois.jpg De Guillaume Bianco et illustré par Ciou.

Chat Siamois, c'est l'histoire d'une petite fille, Emmy Hyacinthe Muffin et de sa chatte Marcelline. Emmy fait des rêves étranges peuplés de serpents, d'araignés et de cheveux foux... Une nuit une veuve brune glisse son ombre dans sa gorge et lorsqu'Emmy se réveille, elle a des serpents avec ses cheveux ! Mais Emmy s'en accomode gaiment ^^

Elle décide alors de faire la même chose à sa chatte, et caché dans sa patée d'anniversaire, un oeuf de veuve noire. Après un épisode de mutations bizarres (pattes de poule, bec de poulpe, peau de lézard, cornes) Marcellin meure au petit matin. Le drame !! Emmy se send horriblement coupable et enterre tristement sa chatte.

Mais en revenant chez elle, quelque chose l'attend dans le panier à laine : pas un mais deux, pas deux mais un... chat siamois avec 2 têtes XD. Emmy est ravie et adopte tout de suite ce petit animal, mais sa mère en a marre d'avoir des monstres chez elle. Emmy a les cheveux coupés à la tenaille et le chat a une tête coupée au scalpel ! Evidemment une tête de chat ça se garde pas dans du formol... Donc Emmy va vite l'enterrer au même endroit, avec de secrets espoirs... Cette nuit-là Emmy rêva de chat siamois et de cheveux-serpents.

Dans le cimetière, au dessus de la tombe, une branche pousse. Au fil du temps un seul bourgon apparait, et quand le bourgon éclôt... On entend un "miaouuuu".

Ce petit bijou est mon cadeau de Noël de ma Tuplette Pando, merciiiii !!! Il y a des chats et des gens un peu cinglés, avec des scènes gores, des giclées de sang et des os à nu... Tout ce que j'aime ^^. Je connaissais pas du tout Ciou, et ces illustrations sont magnifiques. Enfin elles sont un peu dérangeantes au premier abord, mais une fois habitué aux proportions disporportionnées, on apprécie leur particularité.

Dans la forme, celà fait beaucoup pensé au recueil de poème de Tim Burton, La Triste fin du petit enfant huître : l'histoire est écrite sous forme de poésie, on a la version française et anglaise, et chaque strophe est illustrée. L'univers décalé et morbide joue aussi dans le rapprochement des deux... Mais c'est franchement pas la même chose XD. J'ai pensé à Emily Strange aussi, une fille glauque (gothique ?) avec des chats, mais je connais pas assez pour comparer.

Comme par hasard, sur le net il n'y a pas grand chose, comme exemple d'illustration. Et il est hors de question de passer le livre dans un scanner : la couverture est en tissu imprimé, et applatir le livre dans le clapet du scanner serait un crime XD. Néamoins voici un aperçu :

chatsiamois_pla.jpg



Je conclurais en disant que c'est un belle découverte, et je regarderais ce que les auteurs ont fait d'autres. Pour Ciou, c'était son premier travail d'illustration pour un livre, alors que Guillaume Bianco a déjà écrit quelques BD.