09/04/2014

Charming

james_charming.jpg d'Elliott James (2013).

Présentation de l'éditeur : John Charming isn't your average Prince...

He comes from a line of Charmings - an illustrious family of dragon slayers, witch-finders and killers dating back to before the fall of Rome. Trained by a modern day version of the Knights Templar, monster hunters who have updated their methods from chain mail and crossbows to Kevlar and shotguns, John Charming was one of the best - until a curse made him one of the abominations the Knights were sworn to hunt.

That was a lifetime ago. Now, John tends bar under an assumed name in rural Virginia and leads a peaceful, quiet life. That is, until a vampire and a blonde walked into his bar...

 

Le moins qu’on puisse dire c’est qu’on trouve énormément de choses dans ce premier tome (si j’ai compris le tome 2 devrait sortir en septembre 2014, mais j’ai vu cette info que sur Goodreads et l’auteur a pas de site officiel à lui tout seul…). Même si l’intrigue se concentre principalement sur des vampires, on trouve aussi dans cet univers des loups-garous (à priori le thème du tome 2), des médiums, des métamorphes divers et variés et tout un tas de créatures surnaturelles issues des folklores du monde entier. Ajouté à cela de la magie, des contes, des légendes mythiques et historiques plus des croyances religieuses, on arrive à un ensemble, peut-être confus au premier abord, mais assez sympathique une fois rentré dedans.

Habitué à la Bit-lit et l'Urban Fantasy écrite par des auteures avec des héroïnes, ici on a un auteur avec un personnage principal masculin et ça fait du bien de changer un petit peu de point de vue. L'auteur modifie aussi les "grands clichés" sur les bestioles surnaturelles : les vampires sont grosso-modo les mêmes, mais les loups-garous sont ici des bêtes sans pitié qui dévorent les humains donc pas de quoi couiner au premier abord.

Il y a un truc qui n'est pas vraiment correct dans le résumé : John est pas "maudit" comme ça à un moment de sa vie, il est né différent. Je vais essayer de faire simple : John descend d'une lignée de Chevaliers, des hommes qui ont prêté serment par le sang de surveiller la population surnaturelle, protéger les humains et agir en cas de danger. Ces Chevaliers croient dur comme fer que tout ce qui n'est pas humain doit être tué (en particulier les loups-garous), et parmi eux il y a une faction de fanatiques psychopathes qui s'appelle les Croisés (ahah et non ce n'est pas une coïncidence !).

Très longtemps avant, Papa Charming a tué un loup-garou en croyant que ce n’était qu’un loup, pour se venger la meute l’a dévoré (ya une certaine logique hein…) et un loup a mordu Maman Charming, alors enceinte et presque à terme. Bébé John est miraculeusement né avant la pleine lune, mais quand celle-ci est arrivé Maman Charming n’a pas survécu au changement. Mais Bébé John n’est malheureusement pas juste humain, il a hérité de toutes les capacités d’un loup-garou : sens plus développés, force, rapidité toussa… Plus tous les instincts et comportement du loup, sauf que John ne se transforme pas en loup. Pas vraiment humain, pas vraiment loup, John a de grandes crises d’identité, et son pire cauchemar est de se transformer lors de chaque pleine lune et de ne pas pouvoir redevenir humain. Voilà pourquoi les Chevaliers traquent sans relâche notre pauvre héros, qu'ils considèrent comme une abomination.

Wouhou !

Et donc un jour, un vampire et une blonde rentre dans un bar (celui où bosse John comme barman) et là c'est le début de la fin : le vampire cherche les ennuis et la blonde, Sig (un peu spéciale elle aussi, elle a une lance et elle se bat comme une barbare hihi), essaie de motiver John à l'aider elle et son Scoubi-Gang à neutraliser les plans diaboliques dans lesquels trempe le vampire.

Le Scoubi-Gang, enfin John les appelle la Scream-Team en fait xD est composé d'humains et autres créatures bizarres : il y a Ted le flic, Molly la prêtre épiscopale (Molly rocks, je la kiffe !), Parth une espèce d'homme-serpent, Choo ancien militaire reconverti en exterminateur (de vermine hein), Stanislav et ses neveux Andro et Andrej des guerriers d'un ordre secret slave dont on sait pas grand chose...

Alors qu'est-ce qu'on a dans les bons points ?

- Le héros raconte son histoire comme s'il lisait un livre, il a déjà vécu tous les évènements ce qui lui permet d'insérer dans son récit des explications sous la forme de "vous savez ce que c'est ça ? Non ? bah je vais vous le dire" ou alors "pour bien comprendre, faut que je vous dise..." etc. De temps en temps, on a aussi des commentaires du style "évidemment à ce moment là je savais pas ça, je faisais pas attention quel con j'étais" ou "oui j'ai fais ça, vous vous attendiez à quoi ?"... Et c'est assez sympa à lire ^^.

- Le héros se déshabille au chapitre 3 (ou pas loin, enfin dès le début quoi), on apprécie *-* . Il a plusieurs katanas, il grogne si on lui retire la nourriture de sous son nez, il est pas Chevalier que de titre il a aussi les manières (il prend le temps d'ouvrir la portière de la voiture pour Sig, et il parle de "flirt" mais de "faire la cour" aaaawwww).

- Le chapitre 34 est le meilleur chapitre du monde xD. D'ailleurs chaque chapitre a un titre avec un jeu de mot pourri c'est fun ^^.

Parce qu'il y a aussi des mauvais points :

- Le fonctionnement magique de l'univers dans lequel on entre peut être un peu confus, on comprend pas tout au début. Après ça va mieux, mais y faut persévérer !

- Un personnage va être en conflit avec John tout le long du livre et on devine dès le départ comment ça va finir. Le dénouement est pas vraiment une surprise, plutôt un soulagement et une impression que ça aurait du être fait plu tôt dans l'histoire...

En conclusion, c'est quand même une lecture assez agréable, les combats sont bien sanglants et John est vraiment attachant ♥ sa crise identitaire est bien développée. Reste plus qu'à attendre patiemment le tome 2...

10/11/2013

La Stratégie Ender

enders_game_ver11_xlg.jpg Réalisé par Gavin Hood (2013)

Avec : Harrison Ford, Asa Butterfield, Ben Kingsley, Hailee Steinfeld, Abigail Breslin, Viola Davis, Aramis Knight, Nonso Anozie

Résumé Allociné : Dans un futur proche, une espèce extraterrestre hostile, les Doryphores, ont attaqué la Terre. Sans l’héroïsme de Mazer Rackham, le commandant de la Flotte Internationale, le combat aurait été perdu. Depuis, le très respecté colonel Graff et les forces militaires terriennes entraînent les meilleurs jeunes esprits pour former des officiers émérites et découvrir dans leurs rangs celui qui pourra contrer la prochaine attaque. Ender Wiggin, un garçon timide mais doté d’une exceptionnelle intelligence tactique, est sélectionné pour rejoindre l’élite. A l’académie, Ender apprend rapidement à maîtriser des manoeuvres militaires de plus en plus difficiles où son sens de la stratégie fait merveille. Graff ne tarde pas à le considérer comme le meilleur élément et le plus grand espoir de l’humanité. Il ne lui manque plus qu’à être formé par Mazer Rackham lui-même, pour pouvoir commander la Flotte lors d’une bataille homérique qui décidera du sort de la Terre.

Je précise tout de suite : je n'ai pas lu le roman d'Orson Scott Card, je ne peux donc pas de commentaire sur la fidélité de l'adaptation ciné. Ce que je peux dire parcontre, c'est que c'est tout à fait abordable quand on a pas lu le livre justement ^^.

Sans être parfait, le film laisse quand même une forte impression, le rythme est soutenu et va directement à l'essentiel. Les scènes d’entraînements sont superbes, les enjeux psychologiques des personnages, les choix à faire en temps de guerre sont clairement établis (disons que personnes ne va tourner autour du pot, chacun dit ce qu'il pense ce qui fait quand même gagner vachement de temps sur l'intrigue xD).



Là où ce n'est pas parfait, et c'est surement mieux expliqué dans le livre (mais bon je sais pas si je le lirais), c'est le fait que tout repose sur des enfants, partant du principe que leur jeune esprit peut apprendre beaucoup plus rapidement de nouvelles stratégies de guerre et peut ainsi s'adapter en un temps record à n'importe quelle situation... Ce qui veut dire, en résumé, que tous les généraux de l'armée sont tous des incapables xD.

Et pourquoi un gamin, certes très intelligent, serait plus à même de gagner une guerre que le Héro National qui le forme ? C'est un peu l'impression que ça laisse, que personne ne peut vaincre les ennemis sans les enfants. Ensuite des gamins qui comprennent l'art de la guerre mieux que les adultes, ça reste quand même difficile a croire...

Malgré tout, l'intrigue est palpitante ^^, comme je le disais, on ne se lasse pas une seconde. J'ai trop eu envie d'essayer leur exercice de bataille en apesanteur, et pour le "final test" les effets spéciaux dépotent grave !

Les acteurs sont aussi tous bien : Harrisson Ford, rhaaaaa *coeur coeur* même si c'est pas un gens très gentil ici xD. Le petit Mordred (désolée mais bon suis incapable de l'appeler autrement xD) aka Asa Butterfield se démerde pas trop mal, et Ben Kingsley est toujours génial quoi qu'il fasse !

A noter aussi : la musique captivante, qui étrangement me faisait penser à Game of Thrones mais qui est pas du tout du même compositeur. Je vous invite à survoler ou écouter en profondeur :

15/10/2013

Hurog signifie Dragon

Ces dernières semaine, j'ai lu deux livres que j'ai adoré et que j'ai eu envie de cajoler comme un gros ours en peluche. Ils m'ont fait l'impression de livre-doudou, dans le sens où c'est le genre d'histoire qu'on prendra plaisir à relire encore et encore... Et donc pas vraiment dans le genre "cro meugnon" parce que c'est rempli de batailles sanglantes, de torture, et de morts *hourra* xD.

(Ouais ben chacun son doudou les gens)

chainesdudragon.jpg Les Chaînes du Dragon de Patricia Briggs.

Présentation de l'éditeur :

Depuis l’époque où les nains venaient y com­mer­cer, une rumeur court à propos de trésors cachés à Hurog. Ce que je viens de dénicher peut effec­ti­vement passer pour un trésor. Pour­tant, cette trouvaille, je m’en serais volon­tiers dispensé.

Ce sont des ossements de dragon.

Des anneaux de fer enserrent les pattes et le délicat squelette des ailes. L’ancêtre qui a fait cela est un scélérat car pour poser les anneaux de cette manière lorsque le dragon était en vie, il a fallu traverser la peau et la chair de ses ailes.

Hurog était le sanctuaire des dragons. Quand ils ont disparu, les nains ont quitté le domaine eux aussi. Alors on vit la terre d’Hurog péri­cliter. Elle dépérit de cha­grin, racontent les chro­niques, et il ne resta que les souvenirs et les armoiries de ma famille pour rappeler au monde quelle avait été sa splendeur.

Mon lignage était protecteur de la race des dragons. Nombre de mes ancêtres ont donné leur vie pour défendre leur dernier refuge. Cette noble tâche leur avait été confiée par le premier Grand Roi. Par les dieux, disent même certains écrits. À l’origine, « Hurog­mestre » signi­fiait « gar­dien des dragons ».


sangdudragon.jpg Le Sang du Dragon.

Présentation de l'éditeur :

- C’est le sceptre impérial, dit le roi Jakoven, le sceptre dont la force peut détruire des villes entières. Tous ses pouvoirs sont réunis là, dans la Pierre Noire de Farsan.
Il m’incise le bras et prend un peu de sang. Je devine qu’il en a frotté la Pierre Noire car un prodige s’accomplit soudainement.

La force noire me reconnaît.

« Hurog ? demande-t-elle. Dragon ? »

Et une pulsion surgie au plus profond de mon être répond à son appel, juste avant que le prodige ne cesse brusquement.

Enlevé à son fief, Stolon, le jeune Hurogmestre, est interné à l’Asile royal. Drogué, torturé, peut-il hésiter encore à rejoindre la rébellion qui gronde contre le despote des Cinq Royaumes ? Car Jakoven dispose à présent d’une arme terrible ; une arme qui, pour accomplir son œuvre meurtrière a besoin de sang de dragon.

Or, le sang de dragon, c’est le sang d’Hurog. Le sang de Stolon.



Oui, j'ai laissé les 4e de couverture des deux tomes car je ne pense pas que ce soit extrêmement spoiler, d'ailleurs ce ne sont même pas des résumés, mais des extraits qui laissent échapper assez de mystères et fait poser assez de questions pour attirer l'attention du lecteur.

Quant à mon titre, qui est une phrase répétée inlassablement dans les livres, c'est le truc le plus évident et le plus compliqué à expliquer ^^' (imaginez que je vous raconte ça à la seule lumière d'un feu de cheminée, ambiance, mystère etc) (je suis bien inspirée).

Qu'est-ce que j'ai aimé dans cette duologie ? Ben c'est simple : tout. J'ai essayé de chercher au moins un truc que j'ai pas aimé, mais même les personnages qu'on déteste, on aime les détester (c'est logique dedans ma tête toussa pourtant xD), ya de bonnes raisons pour et surtout ils finissent par s'en prendre plein la mouille alors, à la fin, on est content.

Je pense pas que je vais vous raconter l'histoire, ça ferait un billet à rallonge, mais ça parle de jeux de pouvoirs, de retour de magie ancienne, d'un héros qui pensait vivre tranquille qui va devoir mener bataille pour le bien de tous et sauver sa vie après (si il a encore un peu de temps ^^), de dragons qui reviennent évidemment, des liens qui se créent et se renforcent entre amis sur un champ de bataille, d'amour aussi (mais vraiment c'est pas le plus important)...

Les personnages sont vrais, mêmes ceux qu'on ne voit pas très longtemps arrivent à nous marquer. Je pourrais en parler 3 heures mais genre la tante Stala et Axiel c'est trop des badass, je pourrais écouter Totsen à la harpe des jours entiers, je passerais ma vie à faire des câlins à Oreg, enfin j'inventerais des nouvelles tortures juste pour Jakoven *evil laugh*.

Stolon, le héros qui semble un peu benêt mais qui l'est en fait pas du tout, avec une carrure de highlander, c'est impossible de pas l'aimer *dégouline de coeurs*. C'est un plaisir de suivre son cheminement, ses relations avec les autres (Oreg, Totsen, Tisala...) et avec son cheval Pompon, de découvrir avec lui la magie d'Hurog.

Surtout, ce qui m'a plu, c'est que l'action ne perd pas de temps : il y a des complots, des jeux politiques, un rébellion etc, mais les héros ne passent jamais 3 jours à se poser des questions sur ce qu'ils vont devoir faire, ils agissent dans la minute suivant les évènements : Stolon apprend que le roi veut l'enfermer, et ben il se casse tout simplement, ayant juste le temps de prévenir ses amis, il reste pas une minute de plus quelque part où il se sait en danger ; un raid est nécessaire sur les ennemis parce que le lendemain ce sera trop tard, ils mettent au point un rapide plan et pouf ils vont zigouiller les méchants ni vu ni connu ; il faut 1 semaine pour qu'ils aillent de telle ville à telle ville, ben on va pas passer 10 chapitres sur le voyage xD...

Les actions s’enchaînent donc rapidement, à un rythme humainement possible cela va de soit, et même si les héros prévoient certaines conséquences, il y a quand même de l'imprévu auquel le lecteur a pas eu le temps de penser (puisqu'il a pas passer 3 chapitres ruminer sur un sujet). On est surpris et on ne sait pas toujours comment les choses vont finir : moi une histoire comme ça (même si ya des trucs carrément tristes - elle m'a presque fait pleurer 2 fois la Patricia hein) je dis banco tout de suite !

On est transporté du début à la fin et c'est très difficile de lâche le livre le soir xD. Chaque tome fait environ 500 pages et ça se lit d'un trait, je les conseille évidemment à tout le monde et remercie encore un fois ma maman de m'avoir mis un truc génial entre les mains ^^.